L’École coloniale et sa mission destructrice en Afrique: la réelle nécessité d’une décolonisation.

La véritable école se présente naturellement comme l’auguste lieu par excellence d’acquisition majeure du savoir-vivre, du savoir-être, du savoir-faire, et du faire-valoir. Cette définition nette de l’école en tant que tel ne répond pas aux aspirations des enseignements prodigués à l’école coloniale. Par conséquent, cette école n’a pas favorisé l’éclosion des mentalités des jeunes Africains.

Un documentaire inédit sur l’école coloniale.

Ce documentaire inédit de France 2 met en exergue une série remarquable de témoignages pertinents pointant du doigt cette école coloniale qui a contribuée médiocrement à un lavage des cerveaux des jeunes apprenants en les chosifiant, les abêtissant.

Les richesses coloniales se déversèrent sur la France. Certes, les écoles se multiplient. Mais à peine 8% des enfants de l’empire s’asseyent sur ses bancs. Et l’apprentissage est très orienté. L’apprentissage demeurait très orienté.

“Ce problème de l’enseignement est sans doute le plus important et le plus complexe de ceux que sollicitent l’esprit du colonisateur, car il contient plus ou moins en puissance tous les autres, ou il affecte leur solution”

«Côte d’Ivoire, Vietnam, Algérie, Madagascar, Syrie, Maroc, Gabon, l’Empire colonial français s’est effondrée en l’espace d’un quart de siècle. L’aveuglement de la République a nourri des décennies de haine et de violence».

La multiplication des écoles n’a pas été profitable aux jeunes Africains de l’époque, elle a au contraire contribué à former grossièrement des esprits serviles. L’objectif sous-jacent est de franciser, c’est-à-dire assimiler les Africains par la diffusion de la langue faisant d’eux les consommateurs de la culture française.

Soro Solo né Souleymane Coulibaly, journaliste, réfugié ivoirien annonce le bal: on vous apprend à avoir honte de vous-même, de votre culture et d’adopter la culture, la civilisation du dominateur qui est le Blanc, qui est le Français. C’est ça le résultat du lavage de cerveau de la colonisation.

La Réunionnaise Françoise Verges n’est pas en reste pour ce qui est des révélations « Moi, je vais à l’école primaire puis au Lycée, je n’apprendrais jamais rien sur mon pays. Mais rien. »

Plus loin à Soro Solo d’ajouter vivement

« On nous apprenait à connaitre tous les grands fleuves de la France, leur débit, leur longueur, leur navigabilité. On allait même jusqu’à apprendre quel poids du pain était mangé par un Français à l’année. »

Quant à l’artiste chanteur Manu Dibango du Cameroun sans aménagement dit :« avec les livres que nous avions, en plus, tous les livres magnifiaient normalement le colonisateur. Puisque, d’abord, c’est lui qui écrivait les livres. Donc, on entrait dans l’Histoire à travers les livres. »

Le témoignage touchant de Françoise Verges est percutant « Je raconte souvent que quand on a le cours sur les volcans, on apprend tout sur les volcans d’Auvergne, qui sont morts depuis je ne sais pas combien de temps. Alors, à La Réunion, nous avons un volcan qui très gentiment, entre en éruption plusieurs fois par an et on aurait pu avoir une leçon en direct. Aller voir ce que c’est un volcan. Eh bien non, on apprenait les volcans d’Auvergne. C’était grotesque mais ça n’a pas beaucoup changé, aujourd’hui. »

Soro Solo enchaîne avec en dénonçant fortement les épithètes honteuses : « à l’école, on avait instauré quelque chose pour nous obliger à parler et à réfléchir en français. Si un de vos camarades vous surprenait à parler votre langue maternelle, en l’occurrence le sénoufo qui est ma langue maternelle, il vous dénonçait à l’instituteur. Et pour vous humilier, on vous accrochait un crâne d’âne au cou pour que tous vos camarades de la cour de récréation disent :’’Regardez le vilain, il a parlé sénoufo, il ne parle même pas la langue des civilisés  » Et le gamin que vous êtes, on vous apprend à avoir honte de vous-même, de votre culture, de votre civilisation et donc, à la renier. Et d’adopter la culture, la civilisation du dominateur qui est le Blanc, qui est le Français. C’est ça, le résultat du lavage de cerveau de la colonisation. »

L ‘école coloniale n’avait pas intérêt à former muettement des esprits éclairés. À contrario , il fallait nécessairement éviter que ces connaissances modernes ne se transforment pas à un instrument de perturbation sociale en procurant l’illusion trompeuse aux colonisés qu’ils peuvent raisonner comme les maitres colons. Afin de garder jalousement  les acquis de la colonisation , l’école coloniale n’avait pas non plus intérêt à fabriquer des esprits davantage  éclairés déclassés, des ai davantage grise. Cette “école” en vain est un instrument fatal pour prôner la hiérarchie des races. La race blanche représenterait au-dessus de la race noire. Nous savons pertinemment que la notion de race a tant que telle n’existe pas. Par ailleurs, cette vision qui tant à valoriser la suprématie de la race blanche est absolument nécessaire pour préserver jalousement les acquis coloniaux.

«La politique coloniale française est orientée vers un but bien défini, l’assimilation. La politique d’assimilation ne se propose pas seulement de faire progresser les indigènes : elle se propose de leur faire accepter la langue, les institutions, les croyances politiques et religieuses, les mœurs et l’esprit français. Par cela même elle affirme que ce qui convient aux Français convient également à toutes les races, aux nègres, aux Annamites, aux canaques et aux Arabes. Elle nie l’évolution psychologique; elle nie la relation intime qui unit les éléments moraux d’une civilisation à la race qui les a élaborés. Ces hommes ne conçoivent pas d’autres solutions aux problèmes complexes de la domination des indigènes, que le fusionnement et l’assimilation totale ».

Léopold de Saussure. Psychologie et la colonisation française. Félix Alcan.

L’endoctrinent des Autochtones profitant égoïstement au colon qui ne veut pas machinalement dépourvu des richesses est de ce continent. Cette école coloniale est nullement au fondement des corruptions passives dans les mentalités des indigènes. La civilisation occidentale s’était brutalement imposée par l’intégration de ses coutumes, des moyens matériels et d’autres avantages sociaux. Toutes ces sinistres réalités ont les indigènes à dédaigner de mépriser  ou avoir honte de leur outillage rudimentaire , de leur nourriture , de leurs habitudes alimentaires, y compris leurs  louables coutumes , leurs langues et afin de se déprécier deux besoins émergents  soins nouveaux se procréèrent

« Une grande puissance comme la France ne peut se passer de colonies. Les colonies constituent un marché important où la métropole se procure à bon compte les matières premières et les produits alimentaires dont elle a besoin, où elle vend, sans avoir à tenir compte des droits de douane, les produits de son industrie », détaille le manuel de géographie cours moyen (1925)


L’école coloniale a transmis une Vision du Monde humanité: des philosophies dérisoires et perfides en déphasage avec nos valeurs ancestrales. Les cerveaux des Africains ont été manipulés et endoctrinés.
 Au regard de ce qui précède , l’école en Afrique n’a pas tellement pas changé. Elle ne joue pas son rôle d’intégration sociale. Certaines réformes ont été réalisées voire des modifications de certains programmes en rapport avec les réalités africaines. Toutefois, cela ne semble pas suffisant pour permettre l’émergence des Africains en  vue d’une décolonisation totale de l’Afrique.
 
Comme on peut le noter précisément , l’école ne se limite pas au stockage massif de données inutiles mais elle s’ouvre vivement plutôt à une manifestation significative ère d’être une possibilité de jugement. Pour penser notamment à un développement de l’Afrique, la décolonisation de l’école s’impose. Et cela sans encombre passe par des moyens telle la production d’excellence connaissances pouvant permettre de résoudre les problèmes africains; la mauvaise gouvernance, le respect de la constitution, des lois, le chômage , la déscolarisation, l’illettrisme, la résistance de maladies endémiques et épidémiques, les guerres et les conséquences.

Par Vincent Adams

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s