« Amis, la colonisation, ici comme partout, c’est le règne des vautours. Et les vautours qui se partagent l’Afrique ont des noms.»: Le cri anticolonialisme de René Vautier

René Vautier (1928-2015) est un cinéaste militant. Il est le réalisateur d’Afrique 50, le premier film anticolonialiste. Membre du Parti communiste français ( PCF), Vautier est chargé par la Ligue de l’Enseignement française pour documenter l’action éducative métropolitaine en Afrique-Occidentale française (AOF), il change de trajectoire en réalisant ce film pour dénoncer les aspects obscures du colonialisme. A dire autrement, il fait la satire des vautours qui se partagent l’Afrique.

René Vautier emprisonné pour avoir dénoncé le colonialisme

Le combat de René Vautier est noble, ce film se présente comme une arme pour interpeller, éveiller les consciences en France. C’est un véritable cri de cœur.

Pour avoir dénoncé le colonialisme, René Vautier fût emprisonné. Il est accusé d’avoir violé un décret colonial de 1934 relatif aux colonies (émanant du ministre des Colonies de l’époque, Pierre Laval).

La prise d’images de la répression sanglante des émeutes ivoiriennes de 1949 organisées sous l’égide de Felix Houphouët-Boigny leur a valu une condamnation qui présagera la fuite de Vautier vers la France métropolitaine.

Extrait du film de René Vautier: Afrique 50 le

Par ailleurs, il faut signaler la main mise et la destruction des négatifs (ordonnées par le tribunal de Bobo-Dioulasso – Haute-Volta – en 1950). Le film, bien qu’il soit censuré, a connu une large diffusion. Il a fallut attendre 1996 pour qu’Afrique50 soit dédouané en France.

L’impérialisme ou la destruction massive de l’Afrique

* La misère du paysannat africain: Vautier dénonce les conditions matérielles des paysans africains.

*Les enfants en âge d’être scolarisés des colonies sont livrées en eux-mêmes: ils jouent car les places sont limitées. Le travail forcé des enfants est priorisé. C’est le cas du garçon qui travaille à la forge de son père

« Une école? Pas besoin de savoir lire pour faire marcher ce soufflet 16 heures par jour ! »

Vautier pointe du doigt l’administration coloniale qui ne crée des services publics que lorsque les enjeux économiques font sentir le besoin d’une amélioration des conditions de vie des colonisés.

* Le prélèvement des impôts par les administrateurs coloniaux ou “ valets “. Ces administrateurs autoritaires sont confortablement logés tandis que les africains sont surexploités.

« là-bas, dans une confortable maison de pierre, […] fait la sieste, écrasé de soleil », et dont les précieux volets sont transportés avec attention : « Pas sur la tête ! Une tête de noir est sale pour un volet d’administrateur ! A bout de bras et plus vite !»

C’est le caractère abusif de l’autorité coloniale qui est mis en lumière par Vautier.

Outre le mauvais traitement des africains, les colonies sont exploitées économiquement par les compagnies coloniales: les façades imposantes de la Société Commerciale de l’Ouest Africain, de la Compagnie Française de l’Afrique occidentale, de DAVUM, de l’Africaine Française, du Niger Français ou de la Compagnie Française de la Côte d’Ivoire contrastent avec les villages filmés.

Ce film dépeint la situation de précarité des colonisés, l’exploitation économique des ressources et des hommes par les compagnies coloniales et la répression sanglante mise en œuvre par l’armée française. Au regard de ce qui précède la lutte pour l’indépendance et la libération des colonies étaient légitimes et nécessaires.

« Le peuple d’Afrique, s’appuyant sur la constitution française, demande qu’on lui rende la terre qui lui a été volée par les compagnies coloniales, demande qu’on lui rende ses fils qu’on lui a arrachés pour les mener combattre leurs frères jaunes. Le peuple d’Afrique se dresse pacifiquement. Il réclame son dû.»

Du colonialisme au néocolonialisme

Le colonialisme n’a jamais disparu malgré les luttes acharnées pour la libération des pays de l’Afrique francophone. Tibor Mende définissait le colonialisme économique en ces termes: «L’essence du colonialisme, écrivait-il, est la modification de l’économie et de la structure sociale d’un autre pays plus puissant capable d’imposer sa volonté.»

Le colonialisme s’est plutôt transformé en néocolonialisme. Par définition le néocolonialisme demeure l’autorité d’une ancienne puissance coloniale sur le pays qu’elle a anciennement colonisé. Multinationales, vol des richesses, maintien de la population sous les ordres d’un dictateur. Les colons blancs sont remplacés par les colons noirs qui tripatouillent les constitutions de leurs pays respectifs. Ils ont trouvé des moyens anticonstitutionnels pour brader les richesses du continent au détriment de la population. Par ailleurs, ils représentent les nouveaux valets au service de la France. Les oppressions et les massacres sont courants pour empêcher leurs peuples de se révolter. L’appauvrissement des pays et l’oppression de la population restent d’actualité dans les anciennes colonies.

Par Vincent Adams.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s