Emeute du Capitole: Facebook transmet des messages privés au FBI

Émeutiers à Washington le 6 janvier 2021 (image d’illustration).

Dans le cadre d’une enquête Facebook a transmis à la police fédérale américaine des informations privées d’un de ses utilisateurs en lien avec l’intrusion de partisans de Donald Trump dans le Capitole de Washington le 6 janvier dernier.

Le 20 janvier, une plainte pénale à l’encontre d’un New-Yorkais ayant participé aux émeutes du Capitole du 6 janvier dernier a révélé la transmission par Facebook d’information privées (messages et adresses IP) au FBI.

La procédure en cours à l’encontre de Christopher M. Kelly comportait un mandat de perquisition de son compte Facebook, comme le révèle Forbes. La police fédérale américaine cherchait à obtenir les messages privés, l’adresse IP, le numéro de téléphone et l’adresse Gmail de Christopher M. Kelly, après avoir été informée que des photos du New-Yorkais prises lors des évènements du 6 janvier avaient été publiées sur le réseau social de Mark Zuckerberg.

Parmi les données fournies par Facebook figuraient donc des messages privés avec d’autres utilisateurs : selon la plainte, Christopher M. Kelly avait par exemple écrit, dans un message privé envoyé à un groupe de discussion le 6 janvier: «Gaz lacrymogène, la police […] ils se dirigent tous vers le sous-sol», et peu après : «F**k ces serpents. Hors de NOTRE MAISON !». Plus tard, le 9 janvier, il a publié dans une discussion privée une photo de lui torse nu, brandissant un drapeau américain devant le Capitole, en indiquant au destinataire «c’est moi» et «mon frère l’a prise».

L’historique des adresses IP fourni par Facebook a également permis de montrer que Christopher M. Kelly a voyagé le 6 janvier de de New York à Silver Spring, une ville située à 10km de Washington.

Toujours selon Forbes, rien n’indique à l’heure actuelle Christopher M. Kelly ait été arrêté, bien qu’un mandat d’arrêt ait été émis.

Facebook accusé d’avoir facilité l’organisation des émeutes du 6 janvier

Cette accusation de transmission d’informations privées de la part de Facebook intervient dans un contexte où le plus grand réseau social du monde est accusé d’avoir involontairement − via des comptes publics et privés − été utilisé par les participants aux événements du 6 janvier.

La directrice de l’exploitation de Facebook, Sheryl Sandberg, avait défendu l’entreprise californienne en affirmant que ces manifestations avaient été en grande partie organisées sur des réseaux sociaux plus petits et marginaux, comme Parler et Gab. Il est apparu par la suite que de nombreux comptes Facebook avaient également été utilisés par les émeutiers, certains y ayant même publié des menaces violentes, indique également Forbes. Des publications qui ont permis au département de la Justice des Etats-Unis d’inculper de nombreuses personnes.

Une étude de l’Université George Washington mise à jour le 20 janvier indique que les réseaux sociaux ont été cités dans 78% des 92 plaintes pénales déposées dans le cadre des enquêtes sur les émeutes du Capitole diligentées par le DOJ. Parmi celles-ci, 38% comprenaient des messages publiés sur les réseau par un individu qui a ensuite été accusé.

Dès le lendemain des violences survenues au Capitole, le PDG de Facebook Mark Zuckerberg avait annoncé que les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump étaient bloqués pour une durée indéterminée.

Source à l’adresse RT France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s