Kemi Seba sur le remplacement de la France par la Russie au Mali: « on ne change pas un colon pour en acquérir un autre, l’Afrique aux Africains »

Stellio Gilles Robert Capo Chichi est un activiste, anticolonialiste et chroniqueur politique de télévision en Afrique. Il représente effectivement la figure emblématique du panafricanisme contemporain, franco-béninoise plus connu sous le nom de Kemi SEBA.

Depuis le 15 janvier, il avait défait temporairement ses valises à Bamako la capitale malienne.

Les raisons de la visite de Kemi Seba au Mali.

Sa visite s’inscrit dans le cadre de participer à la grande marche du 20 janvier2021 contre l’intervention française au Mali. Au demeurant, cette marche a été interdite par les autorités maliennes en prétextant la pandémie du COVID19. Cet alibi ne passe pas pour Kemi Seba. Selon lui, nous sommes  bien dans un mensonge au plus haut sommet de l’Etat. Comme on peut le lire, il le dit :

«Le COVID 19 ne tue pas en Afrique, c’est la françafrique.»

Néanmoins, il a profité de l’occasion pour apporter son expertise et son soutien à la plateforme de la jeunesse malienne opposée à la présence militaire française. C’est aussi une campagne de sensibilisation et de mobilisation sur les questions relatives à la souveraineté et au néocolonialisme. Se réclamant comme le digne descendant de Modibo Keita, Kemi Seba est favorable au départ des troupes française du Mali, de l’Afrique en général. Rédempteur pour les uns, Ibilis (Iblis est généralement identifié avec Al-Shaitan (« le diable ») pour les autres. Soit on le déteste, soit on l’admire. Il n’a pas sa langue dans sa poche. L’homme se peint comme la voix des membres inestimables d’hommes et de femmes qui aspirent à un monde où seront bannis à jamais l’impérialisme, l’exploitation des uns par les autres prédateurs économiques des multinationales, le pillage des ressources de certaines nations, le magouillage entre les multinationales et les dirigeants africains corrompus.

L’unité africaine doit avoir pour objectif la souveraineté de l’Afrique. Ce rêve qui veut que l’Afrique revienne aux Africains semble être ambitieux et même difficile à s’accomplir en ce sens que ceux qui n’ont pas intérêt à ce que l’Afrique s’approprie son rôle, sont en majorité. Autrement dit, les ennemis du continent sont les pillards: il s’agit de l’oligarchie occidentale et africaine.

« En effet, ceux qui vous ont volé pendant très longtemps, ne vous laisseront pas récupérer. C’est un fait. Il revient aux Africains de se battre pour changer la donne malgré les obstacles. Une civilisation est détruite par l’extérieur que si elle est rongée de l’Intérieur et donc par conséquent, on ne peut pas en vouloir aux vautours de l’oligarchie occidentale d’agir comme un vautour. Les dirigeants africains sensés être des parapluies sont plutôt des parapluies troués qui attaquent et déstabilisent les Africains ».

Si l’Afrique est en partie déstabilisée par l’oligarchie africaine en plus de l’oligarchie occidentale, que représente sa marge de manœuvre pour recouvrer sa souveraineté?

En réponse à cette question, Kemi Seba s’appuie sur un verset du Coran très révélateur sans vouloir faire du prosélytisme.

« Allah ne change pas la situation d’un peuple tant qu’ils ne changent pas d’eux-mêmes. » Ibn Al-Qayyim

En effet, la patrie détient la clé de la libération de l’Afrique. Il incite plutôt le peuple à faire une introspection, son mea-culpa voire capable de se regarder dans une glace. Il n’engage à rien de trainer aux gémonies les dirigeants africains si nous-mêmes, nous ne façonnons pas nos comportements des choses. La lutte contre la corruption doit être le cheval de bataille pour une Afrique nouvelle.

« La corruption commence par le haut, mais elle atteint aussi le bas ».

Kemi Seba pour le départ des troupes française du Mali

Le panafricaniste éditorialiste Kemi Seba sur les antennes d’Africable Télévision déballe sa vision de la crise malienne. Il partage cette ferme conviction avec la majorité des Maliens: le départ des troupes françaises du Mali. Toutefois, il est opposé à une authentique forme de colonisation par la Russie ou autre puissance étrangère. Contradictoirement à bon nombre des mouvements anti-politiques français maliens qui ambitionnent que Bamako se ligote avec le Kremlin. Kemi Seba n’est pas enflammé par cette idée de faire de la Russie une autre France bis voire un nouveau colon. Pour le franco-béninois, la lutte engagée par le peuple malien doit œuvrer dans la perspective d’une indépendance totale du Mali et l’Afrique.

Les dirigeants africains sensés être des parapluies sont plutôt des parapluies troués qui attaquent et déstabilisent les Africains

Kemi Seba contre le racisme

Kemi Seba est opposé au racisme. Du reste, il invite à ne pas faire d’amalgame entre l’oligarchie française et le peuple français. Il ne partage pas l’avis de certains qui se réjouissent du malheur des soldats français. Au sein de l’armée française, certains qui ne comprennent rien des enjeux géopolitiques de la classe dirigeante. Ils pensent être au Sahel pour assurer la sécurité.

« Il y a des choses avec lesquelles je peux ne pas être d’accord. Par exemple, certains se réjouissent de la mort de certains militaires, je pense que toute vie humaine a son importance. Il y a des personnes de l’armée française qui ne comprennent rien des enjeux. On leur a dit que c’est pour la sécurité du monde et ils y croient. Moi je dissocie le bas peuple de l’élite », a entonné le panafricaniste très critique envers les différents Africains qui entretiennent de bons rapports avec les dirigeants français.

Kemi Seba dénonce le jeu hypocrite de la France

Kemi Séba dit ne pas comprendre les raisons de l’opposition de la France à la décision des autorités maliennes de dialoguer avec les djihadistes maliens. « Les autorités maliennes ont demandé le dialogue avec les rebelles, pourquoi l’armée française refuse-t-elle?», s’interroge t-il avant d’ajouter que le dialogue est la solution.

Concernant le départ des troupes françaises du Mali, la position du panafricaniste n’a pas changé:

« Je vais être très clair, j’étais l’un des premiers à demander le départ de la France, et je persiste sur cette démarche. Il faut qu’ils (les Français) partent. À son humble avis la France doit partir afin de permettre à l’Afrique de se développer elle-même. Toutefois cela ne fait pas de lui un raciste ou un antifrançais. »

Néanmoins, Kemi Seba souhaite voir l’armée malienne être capable de faire face à la crise actuelle dans laquelle elle est plongée, causée par ses partenaires au-delà des émotions Autrement dit l’armée française est  fondement de la déstabilisation du Mali et du Sahel.

Ne pas changer un colon pour acquérir un autre

Au Mali, la plupart des jeunes acteurs des mouvements anti-français considèrent la Russie comme la solution alternative à la crise malienne. Pendant le déroulement de quelques manifestations, la France était régurgitée et la Russie ovationnée. Le panafricaniste Kemi Seba semble dubitatif à l’idée de substituer la France par la Russie bien qu’il soit opposé à la politique de l’oligarchie française en Afrique.

« Certains parlent, notamment de changer de partenaires rapidement. On ne peut pas changer un colon pour prendre un autre.»

En revanche, il trouve qu’on peut remplacer «un partenaire temporairement pour dire qu’on préfère celui-ci plutôt que l’autre». Même s’il trouve qu’il faut une alternance en ce qui concerne le partenariat, Kemi Seba chéri l’indépendance de l’Afrique.

Son message final

«Si on change, ce que pense que cela est nécessaire. Il ne faut pas que la Russie s’inscrive dans le temps, parce que je peux vous assurer qu’en Russie, il y a de la bonne géopolitique, mais vis-à-vis des noirs les choses ne sont pas si simples», a-t-il déclaré.

Axel Boundy

Un commentaire

  1. Kemi Seba est un digne fils Africain, digne arrière petit fils du grand ROI Béhanzin, son noble combat pour la libération de l’Afrique n’est pas étonnant. Tous ses détracteurs africains s’inscrivent dans la logique de l’impérialisme, diviser pour régner. Ils sont sans peut-être le savoir, ennemis de l’Afrique. On peut ne pas être d’accord avec ses méthodes de dénonciation mais de grâce il faut éviter de lui faire opposition farouche. Nous faisons en ce sens le jeu de l’oligarchie occidentale. Bon courage à Kemi. Nous sommes fiers de lui, nous Africains.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s