Vaccin contre le COVID-19: « Je suis inquiet de toutes ces fakes news. Les gens pensent que le vaccin n’est pas là pour les aider, que c’est véritablement un outil néfaste

Bill Gates milite pour une distribution équitable des vaccins autour de la planète

Le patron de Microsoft est accusé de manipulation, en voulant développer les vaccins pour faire baisser le nombres d’humains sur la planète.

Le mardi 6 mai 2020 un quatuor confiné avait investit YouTube : un Belge, un Suisse et deux Français vont mener pendant plus de deux heures une « conférence » sur le thème « Alerte à la santé, alerte à la liberté. » Jean-Jacques Crèvecoeur, Thierry Casasnovas, Silvano Trotta et Christian Tal Schaller le 6 mai en direct sur YouTube.

L’un des participants, Jean-Jacques Crèvecoeur, qui se caracterisait comme un « accoucheur du potentiel humain », formule sans être inquiété devant la caméra :

« Si au moment des premières campagnes de vaccination, on a un pic de mortalité, les médias dominants et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) vont attribuer ça à la virulence subite du COVID619 alors qu’il se pourrait très bien que ce soient les dégâts provoqués par un vaccin dont une partie de la composition a été déclarée comme secret-défense. »

Pour lui, c’est donc niet. Comme pour Christian Tal Schaller, médecin suisse controversé, qui assure que le sésame attendu par le monde entier « va vous tuer tous par milliers ».

« Parce que le but de Bill Gates, c’est de réduire la population mondiale. »

Silvano Trotta, chef d’entreprise adepte du paranormal, et l’organisateur Thierry Casasnovas, surveillé par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires vi dénoncent les médias et les autorités de mensonges et de manipulations. Au moment, où le monde espère trouver un remède, eux naviguent à contre-courant et assument leurs prises de positions. Bill Gates, représente leur cible préféré. Il cristallise leur animosité et leurs attaques. Il symbolise le visage de « Big Pharma », accusée d’avoir programmé le virus, de vouloir en tirer profit en imposant un vaccin et en y intégrant une puce sous-cutanée pour nous  en vain traquer.

 

Par ailleurs, dès le début du mois de janvier, sur les réseaux sociaux, les voix s’élèvent dénoncer la vaccination de masse de la Covid-19 eux les lobbys pharmaceutiques représente projet est sournois, une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance. Toutefois, Bill Gates se dit inquiet par ces théories de complot qui sont les symptômes d’une société fracturée.

Si Bill Gates milite pour une distribution équitable des vaccins autour de la planète, il est inquiet de constater les effets des nombreuses théories du complot qui circulent.

« Je suis inquiet de toutes ces fakes news. Les gens pensent que le vaccin n’est pas là pour les aider, que c’est véritablement un outil néfaste. […] Dans une démocratie, il faut que les gens sachent la vérité et puissent prendre des décisions, que ce soit sur le changement climatique, les inégalités…Mais quand toutes ces choses-là sont développées sur internet, il faut s’inquiéter. J’espère que la démocratie va se renforcer et ne pas s’affaiblir.»

Pour Didier Raoult, le vaccin ne représente pas la solution miracle qui va arrêter l’épidémie

Si pour Bill Gates, l’un des hommes les plus riches du monde, la vaccination est manifestement un remède infaillible, le Professeur Didier Raoult s’est montré assez défiant sur le programme préparé, ainsi que sur les rendements postérieurs. Sa position reste invariable concernant le projet le vaccin du COVID-19. Un antidote auquel il ne croyait pas, il y a par surcroit quelques mois.

« Contre les maladies émergentes, il y en a zéro, malgré les milliards dépensés. Il est donc statistiquement improbable qu’un vaccin soit disponible contre ce coronavirus. Mais je ne dis pas que cela n’arrivera pas »

« tout est une question de rapport bénéfice-risque en médecine ». « En pratique, le vaccin fait partie de notre arsenal. Certains des vaccins marchent presque toujours très bien dans notre histoire (tétanos, maladies de l’enfance). Mais dans les maladies dans laquelle l’immunité est mauvaise, les vaccins sont soit impossibles, soit relativement peu efficaces. Le vaccin contre la grippe, s’il était éradicateur, depuis le temps, on le saurait. Il aide, il diminue (…) mais on sait bien que ce n’est pas un vaccin parfait. Le virus de la grippe mute, change, le vaccin marche de moins en moins bien au fur et à mesure qu’on vieillit. Et donc tous les dix ans, le pourcentage de gens protégés par la vaccination diminue (…) »

Selon l’humble avis de Didier Raoult, le vaccin préventif ne demeure pas une baguette magique pour stopper net l’épidémie qui ronge inexorablement la planète en ce moment. Il faut encourager davantage à se concentrer sur « ce que l’on sait faire : soigner les malades », tout en respectant les gestes barrières.

Précisons que l’infectiologue marseillais avait auparavant traité ce sujet sur la vaccination en 2018t dans un livre « la vérité » pour permettre de « faire le bon choix ». La question d’imposer le vaccin dare-dare ne demeurait ait pas de l’ordre du jour. Il a opté pour un traitement commun simple : la chloroquine. Dès lors, pour les le noyau dur des opposants, il incarne st devenu le héros moderne de leur cause et représente le symbole: du citoyen contre l’Etat oppresseur, du remède procure un médicament à un coût dérisoire, donc sans intérêt pour la toute-puissante industrie pharmaceutique. 

Toutefois, Didier Raoult se voit traqué pour ses prises de positions controversés. Les laudateurs de la vaccination en complicité avec les lobbys pharmaceutiques nécessairement veulent faire taire  ce citoyen qui ose défier l’Etat oppresseur. En conséquence de cause, plusieurs plaintes ont été formulés à son encontre.  

Le conseil départemental de l’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône a tranché et a décidé de porter plainte contre le clivant professeur au début du mois d’octobre. « Il devrait comparaître devant la chambre disciplinaire de l’ordre régional dans les mois qui viennent. Composée de membres élus (des médecins), cette formation présidée par un magistrat administratif peut prononcer des sanctions allant jusqu’à la radiation », précisait dernièrement Le Parisien.

Vincent Williams

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s