Guinée: les premières doses de vaccin contre Ebola sont arrivées

Plusieurs milliers de doses de vaccin contre la maladie Ebola sont arrivées en Guinée lundi 22 février 2021.

En Guinée, les vaccins de l’OMS contre Ebola sont finalement arrivés à Conakry lundi soir au terme d’un long périple.

Initialement prévu pour dimanche, le vol a été retardé en raison de mauvaises conditions météo. 11 360 doses de vaccin Merck sont donc arrivées.

Sur le tarmac de l’aéroport de Conakry, il est environ 20 heures lorsqu’un petit avion à hélice perce la brume. À son bord, 11 300 doses de vaccin Merck a déjà utilisé pour contenir le virus Ebola en RDC. Ces milliers de doses doivent servir à circonscrire la propagation du virus dont la résurgence, en ce début d’année, a coûté la vie à 5 personnes.

La campagne de vaccination contre Ebola a pu démarrer après l’arrivée lundi soir à Conakry de plus de 11 000 doses de vaccin fournies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui prévoit d’acheminer prochainement des États-Unis 8 500 doses supplémentaires.

 « Dans les caisses ce sont les vaccins contre Ebola, le vaccin Merck plus précisément, qui sont arrivés ce soir. Elles devaient arriver hier mais malheureusement pour des raisons climatiques, l’avion n’a pas pu se poser donc il a fallu l’intervention de beaucoup de personnalités pour que cet avion soit là ce soir pour déposer ces vaccins qui étaient tant attendus », explique, soulagé, le Dr Sakoba Keïta, directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire.

Cause du retard : une épaisse poussière en suspension depuis quelques jours dans l’atmosphère de Conakry. Le vol initial n’ayant pu atterrir ce dimanche, la société de logistique minière UMS a organisé en dernière minute un aller-retour pour Dakar.

« La suite, c’est que les vaccins vont être déployés sur le terrain sur le théâtre de la riposte des opérations à Nzérékoré demain et dans tous les sites où on aura besoin d’eux pour protéger les contacts des malades et encercler ainsi la propagation de cette épidémie qui préoccupe non seulement la Guinée, mais aussi les pays voisins », détaille Georges Ki-Zerbo, représentant de l’OMS en Guinée.

Gouecké, épicentre de l’épidémie

Sur le terrain, l’immunisation a débuté à Gouécké – aussi orthographiée Gouéké, une localité de Guinée forestière (sud) où les premiers cas liés à cette résurgence d’Ebola ont été détectés le 13 février, cinq ans après une épidémie meurtrière en Afrique de l’Ouest.

La campagne de vaccination à Gouecké, épicentre de l’épidémie, à Nzérékoré, capitale régionale, ainsi qu’à Conakry, où un malade est hospitalisé, a débuté dès ce mardi.

Selon les autorités guinéennes, la résurgence de la maladie a fait cinq morts, mais aucun nouveau cas n’a été confirmé depuis une semaine.

« Je pense qu’en six semaines, on peut en avoir terminé avec cette maladie », a confié le ministre de la Santé, le général Rémy Lamah, qui avait fait le déplacement avec le représentant de l’OMS en Guinée et des responsables de l’ONU.

Une petite cérémonie a rassemblé plusieurs dizaines de personnes devant le centre de santé, dont des jeunes, des femmes et le préfet et le sous-préfet, qui ont également reçu le vaccin « pour montrer l’exemple ». Un imam et un pasteur ont pris la parole pour inciter les populations à se faire vacciner.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s