MACKY SALL LE MANTEAU DE DÉMOCRATE SUR UNE PEAU DE DICTATEUR lève l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko

Ousmane Sonko l’opposant encombrant politique et leader du parti Pastef les patriotes accusé de viol n’est plus protégé par son statut parlementaire.

Alors qu’Ousmane Sonko continue de dénoncer un complot politique, l’Assemblée nationale du Sénégal a levé ce vendredi 26 février son immunité parlementaire. Concrètement, le député et fondateur du parti Pastef les patriotes visé par une plainte pour viol et menace de mort n’est plus protégé par son statut parlementaire. Cette décision à l’encontre de celui qui s’est imposé de fait comme le principal opposant au président à Macky Sall à la suite du ralliement du libéral Idrissa Seck ouvre la voie à une convocation par la justice.

La séance plénière, qui s’est déroulée à huis clos en raison du coronavirus, a été émaillée de joutes tendues entre la majorité et l’opposition, selon les échos des débats retransmis en direct à la radio. Sur les députés présents, 98 ont voté en faveur de la levée de l’immunité d’Ousmane Sonko, un a voté contre et deux se sont abstenus. Ceux de l’opposition ont quitté la salle avant le vote, a précisé à l’AFP Dié Mandiaye Ba, la présidente de la commission chargée des travaux préparatoires.

Macky Sall ne reculera pas: le projet est de liquider Ousmane Sonko

Ousmane Sonko, dont le discours antisystème teinté de conservatisme religieux et de nationalisme africain séduit en particulier la jeunesse, a fait l’objet début février d’une plainte pour viols et menaces de mort déposée par une employée d’un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser pour, dit-il, soulager ses maux de dos. Il nie ces accusations et crie au complot. Arrivé troisième lors de la présidentielle de 2019, le député de 46 ans accuse le président Macky Sall d’avoir monté une affaire de mœurs pour ruiner ses projets pour la présidentielle de 2024.

Et, il n’a pas cesser de dénoncer cette justice à la solde du régime de Macky Sall a-t-il lancé jeudi lors d’une conférence de presse.

« Si Macky Sall veut me liquider, il devra, pour une fois, accepter de se salir les mains, Je ne répondrai pas à une telle convocation parce que les règles de la procédure de levée de l’immunité n’ont pas été respectées. »

Ousmane Sonko: Macky Sall a tout l’appareil étatique, mais il n’a le peuple sénégalais

Député depuis 2017, farouche opposant au président Macky Sall, il a accusé son régime d’avoir « injustement et illégalement » placé en détention 33 de ses partisans ayant pris part à des manifestations de soutien émaillées d’incidents. La police sénégalaise a démenti le week-end dernier que les manifestants aient fait l’objet de « tortures ».

Certains de ses partisans ont brûlé ce vendredi matin des pneus sur la chaussée à plusieurs endroits de Dakar et de sa banlieue, selon les médias locaux. En revanche, une tranche de la population lui reproche toutefois d’avoir fréquenté ce salon de beauté, a fortiori après l’heure du couvre-feu.

La tension politique montre au Sénégal, la vampirisation de ses adversaires politique est le style de Macky Sall

La plainte contre Ousmane Sonko, qui a déclenché une tempête dans le monde politique et médiatique, a suscité des comparaisons avec les ennuis de Karim Wade fils et ancien ministre de l’ex-président Aboulaye Wade et de Khalifa Sall, maire déchu de Dakar, tous deux frappés par des condamnations pour des malversations financières et empêchés de se présenter à la présidentielle de 2019.

L’#examen de la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane SONKO par la commission ad hoc était un privilège pour le peuple sénégalais. Malheureusement, la mission d’investigation, de compréhension, d’examen et d’instruction pour statuer non pas sur le fond mais pour savoir si oui ou non nous devons lever l’immunité parlementaire n’a pas été comprise. Les dispositions des articles 52, 44, 45, 37, 30 et 40 de notre règlement intérieur ont toutes été violées. Monsieur le président de l’Assemblée Nationale, nous faisons face à l’Histoire de notre démocratie. Nous avons raté le train de la véritable émergence du peuple sénégalais qui met en avant sa dignité et la consolidation des acquis démocratiques.

Macky Sall vers un troisième mandat?

Macky Sall, 59 ans, élu en 2012 et réélu en 2019, maintient le flou sur l’éventualité d’une candidature à un troisième mandat, malgré la limite de deux instaurée après une révision constitutionnelle approuvée en 2016.

Une levée parlementaire viciée

Ndeye Marie-Pierre Ndiaye

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s