Afrique du Sud : mort du roi zoulou Goodwill Zwelithini, aussi vénéré que controversé

Le roi des Zoulous, Goodwill Zwelithini, est mort vendredi à 72 ans, roi vénéré, mais aussi figure controversée en Afrique du Sud.

En un demi-siècle de règne, il a réinstauré les danses des vierges et appelé à chasser du pays les immigrés, ces « poux », ces « fourmis.

Son décès a été a annoncé par son bureau, après plusieurs semaines d’hospitalisation pour des complications liées initialement au diabète.

« C’est avec le plus grand chagrin que je dois informer la nation du décès de sa majesté le roi, déclare son bureau dans un communiqué. Tragiquement, alors qu’il restait hospitalisé, la santé de sa majesté a empiré et il est décédé aux petites heures du matin. »

Il était « un symbole important de l’histoire, de la culture et du patrimoine », a rapidement salué le président sud africain Cyril Ramaphosa.

Né à Nongoma, petite ville de la province du KwaZulu Natal (Nord-Est), Goodwill Zwelithini a accédé au trône à l’âge de 23 ans, à la mort de son père, dont la simple évocation du nom lui tirait les larmes.

En 1971, en plein régime de l’apartheid, il devient donc le 8e roi zoulou et l’un des souverains traditionnels les plus connus d’Afrique du Sud.

Ces dernières années, Goodwill Zwelithini a multiplié les remarques xénophobes. Désignant les migrants africains comme les responsables de « la montée de l’anarchie » dans le pays, il a ordonné en 2015 qu’ils quittent le pays.

Ses propos ont choqué au-delà des frontières et le roi, toujours vêtu de ses traditionnelles peaux de bêtes, a été accusé d’avoir déclenché une vague d’attaques racistes qui ont tué sept personnes et fait des milliers de déplacés.

Il avait contré ces accusations, affirmant que ses propos avaient été sortis de leur contexte: « Si c’était vrai que j’avais appelé les gens à s’entretuer, le pays entier aurait été réduit en cendres ».

Monarque sans pouvoir, il avait pourtant une grande influence sur les millions de personnes de son ethnie, la plus importante du pays.

Ce roi sans pouvoir dans l’Afrique du Sud d’aujourd’hui avait pourtant une influence sur des millions de personnes de cette ethnie, la plus importante du pays, jouant un rôle essentiellement spirituel et cérémonial.

Pendant son règne, il a souvent suscité des scandales, en relançant par exemple un festival des jeunes filles vierges ou pour avoir qualifié les immigrés africains de « fourmis » et de « poux », attisant des attaques xénophobes dans le pays.

Descendant du tout-puissant Shaka qui a dirigé la nation zouloue jusqu’à son assassinat en 1828, Goodwill Zwelithini a rétabli dans les années 1980 l’Umhlanga, la danse annuelle des roseaux.

Pendant huit jours en pays zoulou, des jeunes filles en tenue traditionnelle et seins nus coupent des roseaux et dansent autour de la résidence royale. Seules les jeunes filles vierges participent à ce rite, car il est interdit à une femme « impure » de couper le roseau.

En 2018, Goodwill Zwelithini s’est lancé dans un bras de fer judiciaire avec le gouvernement contre l’expropriation d’une partie des terres royales au nom de la redistribution en faveur des Noirs déshérités pendant l’apartheid.

Si on touche à ses terres, « les enfers se déchaîneront », avait-il alors averti. Il est l’administrateur unique de 2,8 millions d’hectares royaux par l’intermédiaire d’un trust.

Intarissable, il a une nouvelle fois suscité l’indignation il y a trois ans en se prononçant en faveur des châtiments corporels, estimant qu’ils aident les élèves à mieux réussir en classe.

En 2012, il avait déjà déclenché une tempête en s’attaquant aux homosexuels: « Vous devez savoir que c’est mal et que vous êtes pourris. L’homosexualité est inacceptable », avait-il asséné lors d’une cérémonie célébrant une victoire de l’armée zouloue sur les forces impériales britanniques.

Avant les premières élections démocratiques dans le pays en 1994, il a suscité beaucoup d’inquiétudes, notamment au sein de l’ANC, parti de Nelson Mandela, en rassemblant des milliers d’hommes armés de bâtons dans les rues de Johannesburg.

La plupart étaient des partisans du parti nationaliste zoulou Inkatha Freedom Party (IFP). Une fusillade devant le siège de l’ANC s’était soldée par 42 morts et 250 blessés.

Menant une vie sans embarras partagée entre plusieurs palais, six épouses et une trentaine de descendants, il profitait des avantages de son statut avec une rente annuelle de l’Etat d’environ 3,4 millions d’euros.

Alors jeune homme de 23 ans, cet immense propriétaire terrien avait accédé au trône sous l’apartheid en 1971, après la mort de son père. En Afrique du Sud, les rois traditionnels sont reconnus par la Constitution et jouent un rôle symbolique souvent fort.

LPPNEWS avec AFP

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s