Onze pays européens suspendent le recours au vaccin AstraZeneca

Les Pays-Bas et l’Allemagne ont suivi l’Irlande, la Norvège, le Danemark, l’Islande et la Bulgarie dans leur décision de suspendre l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca. ©REUTERS

La France, l’Allemagne, les Pays-Bas et désormais l’Espagne rejoignent la liste des pays européens qui ont décidé de suspendre, par mesure de précaution, l’administration du vaccin AstraZeneca.

La série noire se poursuit pour le vaccin d’AstraZeneca. Le ministère de la Santé des Pays-Bas a annoncé dimanche soir suspendre « par précaution » son utilisation. Les Pays-Bas sont le sixième pays européen à suspendre l’utilisation du vaccin contre le Covid-19 produit par le laboratoire pharmaceutique suédo-britannique.

Cette interdiction prend effet à compter de ce lundi et sera valable jusqu’au 28 mars inclus. « L’Autorité néerlandaise des médicaments a conseillé, par mesure de précaution et dans l’attente d’une enquête plus approfondie, de suspendre l’administration du vaccin AstraZeneca » contre le Covid-19, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

Cette annonce a été rapidement suivie par une décision similaire du côté de l’Allemagne, après le signalement d’effets secondaires, a annoncé lundi le ministère de la Santé. L’institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement, « estime que d’autres examens (sont) nécessaires », après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe, a précisé un porte-parole du ministère.

Le Président français Emmanuel Macron a également annoncé suspendre l’utilisation du vaccin par précaution, « en espérant la reprendre vite, si l’avis de l’Agence européenne des médicaments le permet ». L’Italie a annoncé un peu plus tard qu’elle suspendait à son tour l’utilisation du vaccin AstraZeneca, tout comme l’Espagne, pour une période de deux semaines, et le Luxembourg.

Lire aussi | Les autorités sanitaires irlandaises recommandent de suspendre le vaccin AstraZeneca

Suspendu dans six autres pays

Plus tôt dans la journée de dimanche, l’Irlande a également suspendu l’utilisation du vaccin, après le signalement, en Norvège, du décès d’une soignante de 50 ans une semaine après avoir reçu une injection du vaccin, ainsi que de trois nouveaux cas graves de caillots sanguins chez des adultes vaccinés, sans qu’aucun lien ne soit encore prouvé.

À l’heure actuelle, on ne peut toutefois pas conclure à l’existence d’un lien direct entre le vaccin et les caillots sanguin.

La Norvège, le Danemark, l’Islande et la Bulgarie ont également déjà suspendu l’utilisation de ce vaccin. La Thaïlande et la République du Congo, pour leur part, ont reporté leurs campagnes de vaccination.

Ces décisions ont été prises après que des cas graves de caillots sanguins chez des personnes vaccinées ont été rapportés. À l’heure actuelle, on ne peut toutefois pas conclure à l’existence d’un lien direct entre le vaccin et les caillots sanguins.

Le 12 mars dernier, l’Agence européenne des médicaments (EMA) avait déclaré que des allergies sévères au vaccin développé par AstraZeneca avaient été constatées au Royaume-Uni. Ces symptômes s’étaient sont donc ajoutés à la liste des effets secondaires éventuels induits par le vaccin. L’EMA tiendra jeudi une « réunion extraordinaire » sur le vaccin AstraZeneca. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime de son côté que les pays devraient continuer à vacciner avec AstraZeneca.

Les autorités sanitaires britanniques considèrent le vaccin d’AstraZeneca comme sûr

Contrairement à une poignée de pays européens, le Royaume-Uni va continuer d’administrer le vaccin de la firme britannico-suédoise AstraZeneca. « Nous avons examiné les notifications (d’effets secondaires) attentivement. Étant donné l’occurrence naturelle des caillots sanguins et le grand nombre de vaccins inoculés, les éléments ne permettent pas de confirmer que le vaccin en est la cause », a assuré Phil Bryan de l’Agence britannique des médicaments et produits de santé.

La « commission vaccin » avait récemment plaidé pour la suspension par mesure de précaution de l’administration du vaccin AstraZeneca, développé avec l’Université d’Oxford.

Plusieurs pays, dont l’Irlande, la Norvège, le Danemark, l’Islande et les Pays-Bas, ont décidé de suspendre l’utilisation du vaccin après que des cas de thrombose ont été rapportés au Danemark et en Norvège.

Le Royaume-Uni n’a fait état d’aucun effet secondaire grave.

Source l’Echo

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s