Election présidentielle au Congo : cet or noir dont les habitants ne voient pas la couleur

Le terminal pétrolier du port de Pointe-Noire, en décembre 2019.

Capitale économique du troisième pays pétrolier d’Afrique subsaharienne, Pointe-Noire n’en est pas moins affectée par le chômage, la pauvreté et le manque d’infrastructures.

En bord de route, Solange Mandjenvoa installé un petit stand de vente de boissons. Mais inutile d’espérer consommer son soda frais : il n’y a pas de courant pour faire fonctionner le réfrigérateur, prévient la trentenaire en riant. Pourtant, des lignes électriques passent tout autour de son village de Djeno, situé au sud de Pointe-Noire, la capitale économique du Congo-Brazzaville.

Derrière le jardin de Solange, à quelques centaines de mètres à peine, le terminal pétrolier géré par Total est allumé jour et nuit. Deux centrales thermiques se dressent d’ailleurs dans le village, alimentées par le gaz des champs pétroliers.

Dès que le soleil se couche, la vendeuse rentre les bouteilles dans sa petite maison en bois et allume ses lampes torches. Peu d’habitants de Djeno ont les moyens de faire fonctionner un groupe électrogène. L’un des rares à pouvoir se l’offrir a installé le sien dans une petite cahute où, moyennant quelques billets, les jeunes du coin se pressent pour venir recharger leurs téléphones portables. Une scène qui en dit long sur les contradictions du Congo, où une élection présidentielle se tient dimanche 21 mars. Un pays riche en pétrole mais dont 40 % de la population vit toujours sous le seuil de pauvreté.

ean-Félix, le grand-père de Solange, est né à Djeno en 1950. Et pour lui le constat est sans appel : 

« On n’a rien gagné avec l’arrivée du terminal dans les années 1970. Il n’y en a que pour Total. » 

L’homme, qui cultive un peu de manioc, se plaint que ses tubercules poussent mal. Il déplore aussi les nuisances sonores et les odeurs de soufre dégagées par l’installation.

Dans la localité, il y a peu d’électricité et presque pas d’eau potable. Les forages « Eau pour tous », un projet hydraulique lancé en 2013 pour un budget de 193 milliards de francs CFA (294 millions d’euros), sont la plupart hors-service : les panneaux photovoltaïques qui faisaient fonctionner les pompes ont été volés et n’ont jamais été remplacés. Depuis, les citernes jaune, vert et rouge – les couleurs du drapeau congolais – prennent la poussière au soleil.

Lire la suite sur le lemonde.fr/congo-brazzaville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s