En Côte d’Ivoire, le calvaire des apatrides

Le pays abrite l’une des plus importantes populations sans papiers et donc sans identité au monde. Un fléau que l’Etat ivoirien commence à prendre en compte.

Au village de Koreyo, dans l’ouest du pays, Léon Rabé explique à Chantal Lekpa, une personne née en Côte d’Ivoire dite « à risque d’apatridie », les démarches administratives à suivre pour qu’elle puisse enfin obtenir ses papiers, en février 2021. YOUENN GOURLAY

« C’est comme si je n’étais pas Ivoirienne, comme si je vivais en dehors du pays. » Sur un banc du village de Koreyo, dans le sud-ouest ivoirien, Chantal Lekpa raconte son histoire, le visage fermé. Bien que née en Côte d’Ivoire de parents ivoiriens, la jeune femme vit sans papiers et donc sans identité.

Sa famille n’a jamais fait les démarches et ne lui a légué ni extrait de naissance, ni livret de famille. Impossible pour elle de prouver sa nationalité ivoirienne. Aux yeux de l’Etat, elle n’existe pas. Femme au foyer, elle n’a jamais pu aller à l’école au-delà du primaire, ne peut pas ouvrir un compte en banque ni acheter de terre.

Lire la suite sur www.monde.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s