Justice / CPI : après l’acquittement de Gbagbo, Fatou Bensouda annonce avoir entamé des enquêtes visant le camp Ouattara: Quel crédit peut-on accorder à ce retournement de veste de la procureure ?

Image à titre illustratif

Fatou Bensouda a annoncé sur les antennes de TV5 le samedi 22 mai 2021 que les enquêtes visant le camp Ouattara sont en cours en Côte d’Ivoire.

Rebondissement dans le dossier ivoirien

Alors qu’on acceptait le dossier ivoirien clos avec l’acquittement définitif le 31 mars 2021 de l’ancien président Laurent Gbagbo, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), la Gambienne Fatou Bensouda a annoncé avoir entamé des enquêtes visant le camp Ouattara.

« Aujourd’hui, je peux affirmer avec une conscience tranquille que j’ai fait tout ce que je devais faire dans ce dossier (affaire le procureur contre Gbagbo). Ce sur quoi il faut se concentrer, c’est que 3000 Ivoiriens sont morts. Souvenons-nous des victimes de ces crimes. Elles méritent justice », a-t-elle déclaré. Et de révéler « Je saisis l’opportunité pour dire que mon bureau à la CPI n’a pas enquêté qu’un seul côté. Nous sommes en train d’enquêter dans l’autre camp (camp Ouattara).

Redorer son blason

En plaçant au tout premier rang de ses priorités les enquêtes contre les ex-chefs rebelles ivoiriens, avant son départ de la CPI, la procureure Fatou Bensouda veut, selon Martial Bédié, politologue ivoirien « laver » son image ternie par l’affaire « le procureur contre Gbagbo ».

Fatou Bensouda n’a jamais fait l’unanimité au sein du public ivoirien. Tous les yeux étaient posés sur elle, car elle endossait la responsabilité immense de prouver la culpabilité de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Ces deux hommes politiques ivoiriens avaient été condamnés pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Pour rappel, dans l’exercice de ses fonctions, la procureure de la CPI était manifestement devenue le farouche ennemi des deux opposants ivoiriens.

Tout bien considéré, elle n’est pas parvenue à prouver la responsabilité de l’ancien président et son ministre de la jeunesse lors de la crise sociopolitique de 2010-2011.

Laurent Gbagbo et Blé Goudé ont finalement acquitté le 31 mars 2021. Après cette cuisante défaite, c’est l’occasion à Mme Fatou Bensouda de réviser l’opinion figée qu’ont certains Ivoiriens sur elle.

Réouverture du dossier Gbagbo-Ouattara: est- ce du pipeau?

Ce samedi 22 mai 2021, la procureure de la CPI a accordé une interview à la chaîne de télévision sénégalaise Dakar actu.

Lors de l’entretien, elle a résolu plusieurs questions. L’une d’entre elles portait sur le procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, notamment son entêtement à vouloir poursuivre ce procès malgré les voix critiques.

Là, elle a affirmé : « Personnellement je n’ai rien contre Laurent Gbagbo ou Charles Blé Goudé. Je n’ai fait que mon travail ».

À toutes ces personnes qui ne la portent pas dans leur cœur, Fatou Bensouda rassure donc qu’elle accomplissait juste son travail.

Du reste, c’est sur ce dossier aboutissant à une défaite qu’elle enlève son manteau de procureure générale de l’instance juridique internationale.

Elle cédera bientôt sa place au Britannique Karim Khan plus précisément le 16 juin 2021.

« Pourquoi avoir attendu tout ce temps alors que les preuves qui accablent le camp Ouattara existent en abondance ? La CPI, il faut le dire est sortie perdante, voire humiliée après le procès de Laurent Gbagbo dont le dossier a été mal ficelé. Bensouda veut  plutôt redorer son image car ce jugement qui était à la vérité un règlement de compte politique a non seulement terni l’image de la CPI, mais aussi celle de la gambienne», souligne Martial Bédié Et d’ajouter : « La CPI veut simplement se racheter. Elle a les images des massacres de masse de Duékoué et celles des autres localités de la Côte d’Ivoire. Ces vidéos accablent plus les anciens chefs rebelles qui combattaient pour Ouattara. Mais, quoi que Bensouda fasse, c’est trop tard. Pour l’Afrique, son passage à la Haye a représenté un gâchis.

Toutefois, nous sommes dubitatifs concernant le déroulement exact des enquêtes sur le camp Ouattara. Deux hypothèses peuvent êtes émises.

Premièrement, il ne faut oublier de mentionner explicitement le lien très étroit entre la procureure Fatou Bensouda et Alassane Ouattara :

Le jeudi 21 septembre 2017 à New York, Alassane Ouattara a eu un entretien de 30 mn (12h-12h30) à son hôtel avec la procureure de la CPI, Fatou Bensouda. Une telle rencontre à son hôtel suscite immanquablement plusieurs commentaires et démontre que le procès Gbagbo est plutôt politique et verrouillée d’avance. L’information s’est si  vite  propagée. Bien que l’objet de la rencontre n’ait pas été dévoilé, ce rendez-vous i s’est déroulé à un moment où les témoins fabriqués grossièrement par le régime oligarchique d’Abidjan et mis à la disposition du bureau du procureur infligent une déculottée extraordinaire à l’accusation dans le procès politique du Président Laurent GBAGBO et Charles Blé Goudé.

Deuxièmement, les autorités ivoiriennes n’accepteront pas de collaborer avec la juridiction internationale. Alassane Ouattara a décidé arbitrairement de se protéger efficacement et son  entourage en déclarant en 2016 qu’il « n’enverrait plus d’Ivoiriens », se faire juger à la Haye.

Chams Farel Koné

Un commentaire

Répondre à Luke Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s