La famille royale britannique visée par de nouvelles accusations de racisme

Le «Guardian» fait de nouvelles révélations sur le racisme supposé de la famille royale britannique. Selon des archives retrouvées par le quotidien, les minorités ethniques ont été largement discriminées par la monarchie.

En mars dernier, le prince Harry et son épouse Meghan Markle ont publiquement accusé la famille royale britannique de racisme. Sans donner de nom précis, le couple a affirmé avoir été victime de propos discriminants, notamment au sujet de la couleur de peau de son petit garçon Archie. En réponse, le Palais avait expliqué prendre «très au sérieux» ces propos et vouloir régler le problème «en privé». Plus tard, le prince William avait assuré que «la famille n’était pas raciste du tout».

Mais le débat lancé par le couple vient de trouver un nouvel écho dans le «Guardian». Mercredi, le quotidien britannique a publié une enquête basée sur des archives montrant, d’après lui, un racisme systémique de la Couronne. Le journal – historiquement très critique vis-à-vis de la monarchie – révèle que les principaux courtisans de la reine Elizabeth II ont interdit aux «immigrants de couleur ou étrangers» d’occuper des postes dans les bureaux de la maison royale jusqu’à au moins la fin des années 1960. L’enquête se base sur des documents découverts aux Archives nationales du Royaume-Uni. «Les documents montrent comment, en 1968, le directeur financier de la reine a informé les fonctionnaires qu' »en fait, il n’était pas d’usage de nommer des immigrants de couleur ou des étrangers » à des postes au sein de la maison royale, alors qu’ils étaient autorisés à travailler comme domestiques», peut-on lire. Le journal ajoute qu’à l’époque, les postes les plus élevés étaient principalement occupés par des hommes blancs, de la classe supérieure ou aristocratiques, dont beaucoup étaient des diplômés d’Oxbridge ou occupaient des postes de haut rang dans l’armée.

Le «Guardian» poursuit en indiquant que d’autres archives prouvent que dans les années 1970, la reine et ses équipes ont négocié avec des représentants du gouvernement pour exempter la famille royale des nouvelles lois qui interdisaient à l’époque les embauches discriminatoires. Ainsi, jusqu’à ce jour encore, les employés royaux ne peuvent pas poursuivre la Couronne pour discrimination présumée au travail. «Dans les années 1970, le gouvernement a adopté trois lois pour lutter contre la discrimination raciale et sexuelle au travail. Les plaignants en général étaient habilités à porter leur cas directement devant les tribunaux. Mais le personnel de la maison royale en a été spécifiquement empêché, bien que le libellé de l’interdiction soit suffisamment vague pour que le public n’ait peut-être pas réalisé que le personnel du monarque avait été exempté», écrit le «Guardian». Cette exemption a été prolongée en 2010, lorsque le Equality Act a remplacé le Race Relations Act, signé en 1976, le Sex Discrimination A, datant de 1975 et le Equal Pay Act de 1970.

« Un récit datant d’il y a plus de 50 ans »

Le Palais a d’abord refusé de répondre aux accusations du «Guardian» mais a fini par adresser un communiqué repris par E ! News : «La Maison royale et la Souveraine se conforment aux dispositions de la Loi Equality Act, en principe et en pratique. Cela se reflète dans les politiques, procédures et pratiques d’inclusion et de dignité au travail au sein de la Maison royale. Toute plainte qui pourrait être soulevée en vertu de la Loi suit un processus formel qui permet d’être entendu et d’être réglé». «Ces affirmations basées sur un récit de seconde main de conversations datant d’il y a plus de 50 ans ne doivent pas être utilisées pour tirer ou déduire des conclusions sur des événements ou des opérations modernes», rappelle le Palais.

Le «Daily Mail», originellement à droite et très critique envers Harry et Meghan, a lui-même qualifié ces révélations «d’embarrassantes pour le cabinet car il est aux prises avec des accusations de racisme systémique portées par le prince Harry et Meghan Markle lors de leur entretien explosif avec Oprah Winfrey en mars». Le couple désormais installé en Californie a, à plusieurs reprises, accusé la Couronne de n’avoir pas su les soutenir alors que la comédienne était victime de racisme et de harcèlement, notamment de la part des tabloïds.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s