Esclavage d’enfants : La Cour suprême des États-Unis a rejeté le procès contre Nestlé et Cargill

La Cour suprême a infirmé une décision d’un tribunal inférieur qui avait permis à six hommes de poursuivre Nestlé USA et Cargill pour des allégations selon lesquelles ils auraient été victimes de la traite en tant qu’enfants esclaves dans des fermes de la Côte d’Ivoire qui fournissent du cacao aux deux sociétés alimentaires.

Six jeunes  africains ( Maliens) ont affirmé avoir été victimes de la traite depuis le Mali et forcés de travailler dans des plantations de cacao en Côte d’Ivoire. Le groupe affirme que les deux sociétés ont perpétué ce commerce d’esclaves pour maintenir les prix du cacao bas.

La Cour suprême des États-Unis a statué que les géants de l’alimentation Nestlé USA et Cargill ne peuvent pas être poursuivis pour esclavage d’enfants dans les fermes africaines d’où ils achètent leur cacao.

Six jeunes  africains ( Maliens) ont affirmé avoir été victimes de la traite depuis le Mali et forcés de travailler dans des plantations de cacao en Côte d’Ivoire. Le groupe affirme que les deux sociétés ont perpétué ce commerce d’esclaves pour maintenir les prix du cacao bas.

Le tribunal a statué( 8-1)  que le groupe n’avait pas qualité pour agir parce que l’abus s’était produit en dehors des États-Unis.

Mais il s’est arrêté avant une décision définitive sur la question de savoir si l’Alien Tort Act – une loi du XVIIIe siècle – pouvait être utilisée pour tenir les entreprises américaines responsables des abus de travail commis dans leurs chaînes d’approvisionnement à l’étranger.

Environ 70 % du cacao mondial est produit en Afrique de l’Ouest, et une grande partie est exportée vers l’Amérique. On estime que 1,56 million d’enfants travaillent dans des plantations de cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana, selon un rapport publié par le département américain du Travail .

Dans leur procès, le groupe d’hommes a allégué qu’ils avaient été forcés de travailler dans les plantations de cacao pendant 12 à 14 heures par jour. Ils ont également déclaré qu’ils étaient  sous garde armée pendant leur sommeil, afin de les empêcher de s’échapper, et qu’ils étaient payés peu au-delà de la nourriture de base.

Tout en dénonçant l’esclavage des enfants, les entreprises ont fait valoir qu’il fallait plutôt porter plainte contre les trafiquants et les agriculteurs qui les maintenaient dans de telles conditions.

Dans sa décision, rédigée par le juge Clarence Thomas, le tribunal a statué que si Nestlé USA et Cargill fournissaient aux fermes des ressources techniques et financières, il n’y avait aucune preuve que les décisions commerciales prises aux États-Unis aient conduit au travail forcé des hommes.

Pour les militants qui ont combattu les entreprises de chocolat pendant des années, la décision a été un coup dur.

« Ils ont décidé des budgets, ils ont décidé de la planification, des aspects commerciaux – toutes ces choses ont été faites depuis les États-Unis », a déclaré Terry Collingsworth, directeur exécutif d’International Rights Advocates, s’adressant au magazine Fortune.

Collingsworth a déclaré que son équipe juridique intenterait une nouvelle action en justice, alléguant que de nombreuses décisions prises par Nestlé et Cargill aux États-Unis avaient contribué à ouvrir la voie à l’utilisation d’enfants esclaves en Côte d’Ivoire.

Dans un communiqué, Nestlé USA a déclaré qu’elle ne s’était jamais engagée dans le travail des enfants et qu’elle restait « inébranlable dans [son] dévouement à lutter contre le travail des enfants dans l’industrie du cacao ».

via NBC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s