Massacre au Burkina Faso : l’ONU affirme que des enfants ont mené une attaque qui a tué 130 personnes

Le massacre le plus meurtrier que le Burkina Faso ait subi depuis que les extrémistes ont envahi le pays d’Afrique de l’Ouest a été perpétré principalement par des enfants, ont déclaré des responsables.

Selon un communiqué de presse, l’agence des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF, a déclaré que le massacre qui a tué plus de 130 personnes dans le nord-est du Burkina Faso a été perpétré principalement par des enfants âgés de 12 à 14 ans. Dans une déclaration distincte, le porte-parole du gouvernement Ousseni Tamboura a informé qu’un groupe de jeunes garçons avait fait irruplir le village de Solhan dans la soirée du 4 juin, ouvert le feu sur des habitants et incendié des maisons.

La Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Sandra Lattouf, a déclaré : « Nous condamnons fermement le recrutement d’enfants et d’adolescents par des groupes armés non étatiques. Il s’agit d’une grave violation de leurs droits fondamentaux. Nous rappelons que les populations civiles ne devraient jamais être victimes ou cibles d’attaques. Les familles et les enfants doivent être protégés partout et en tout temps ».

Des responsables dans le nord du Burkina Faso, où les djihadistes contrôlent de vastes zones, ont déclaré que des enfants soldats avaient été utilisés par des groupes islamistes au cours de l’année écoulée. Cependant, ils ont ajouté que l’attaque de ce mois-ci était de loin l’affaire la plus médiatisée. Selon le Washington Post, ils ont même poursuivi en informant que l’attaque représentait un nouveau creux pour le pays qui, depuis 2018, a connu une forte augmentation des attaques contre les civils et les soldats.

3 270 enfants recrutés en 2020

Parallèlement, l’annonce de l’Unicef intervient alors que dix pour cent des écoles du Burkina Faso ont fermé leurs portes en raison de l’insécurité croissante – une tendance qui, selon les chercheurs, rend les enfants plus vulnérables aux abus, à la traite des êtres humains et à la lutte contre le recrutement. Selon les rapports, les salles de classe ont été fermées à l’échelle nationale de mars à juin de l’année dernière en raison de la pandémie, et de nombreux élèves ne sont jamais revenus. L’ONU a indiqué que plus de 300 000 enfants dans le pays ont maintenant perdu l’accès à l’éducation.

En 2020, environ 3 270 enfants ont été recrutés dans des groupes armés en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest, selon l’ONU. Cela représente plus d’un tiers des enfants soldats dont on a des preuves dans le monde. S’adressant au média, un officier de l’armée burkinabè a déclaré que des enfants d’à peine 7 ans sont enlevés pour devenir soldats.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s