JACOB ZUMA DEVIENT LE PREMIER PRÉSIDENT DÉMOCRATIQUE DE L’AFRIQUE DU SUD À ÊTRE ARRÊTÉ

La foule qui s’est rassemblée pour soutenir l’ancien président Jacob Zuma se reflète dans ses lunettes alors qu’il attend de parler après avoir comparu pour corruption devant la Haute Cour de Durban le 6 avril 2018. Photo

 Il a fallu des mois de querelles juridiques et quelques menaces audacieuses – mais l’ancien président Jacob Zuma est enfin derrière les barreaux. Il est maintenant résident du Centre correctionnel d’Estcourt, dans le KwaZulu-Natal.

Après plusieurs jours dramatiques qui ont précédé son emprisonnement, le convoi de Zuma qui a roulé à toute vitesse a quitté sa propriété de Nkandla avant la date limite de minuit fixée par la Cour constitutionnelle. Il est le premier président de l’Afrique du Sud démocratique à être arrêté, et le premier président de l’Afrique du Sud à être emprisonné.

Zuma a été interviewé par la police pour commencer sa peine. La Fondation Jacob Zuma a envoyé une confirmation à 23h47, affirmant qu’il avait « décidé de se conformer à l’ordre d’incarcération » et qu’une déclaration complète serait publiée en temps voulu. Un cortège a été vu quittant son domicile à 23h15 mercredi soir.

Il n’y avait pas de boucliers humains et pas de discours de l’homme au centre de tout cela. Mais surtout, pas d’effusion de sang, comme de nombreux partisans de Zuma l’avaient menacé plus tôt.

Une poignée de personnes ont commencé à ruisselant vers sa maison à Nkandla, kwaZulu-natal, en début d’après-midi, mais leurs actions n’ont guère fait de mal.

Menée par le fils de l’ancien président, Edward, la foule, petite mais enthousiaste, a réaffirmé son soutien à Zuma. À plusieurs reprises, ils ont empêché des fourgons de police d’entrer dans l’enceinte de Zuma et, plus tard, ils ont bloqué une ambulance.

Edward répéta également que toute tentative d’arrestation de son père se heurterait à une résistance.

« J’ai donné ma vie… la police devrait d’abord me tuer », a-t-il déclaré.

Cela ne s’est pas produit. Au lieu de cela, Zuma a été emmené loin de son domicile dans un convoi à 23h15 après que la police l’a placé en état d’arrestation.

Pendant un moment, cela a été déroutant pour les partisans de Zuma et Edward lui-même, qui étaient toujours convaincus que l’ancien président était sain et sauf à l’intérieur de son enceinte. En réalisant ce qui s’est passé, la foule déprimée s’est dispersée après avoir campé pendant des heures.

Zuma – qui a répété à plusieurs reprises qu’il préférait aller en prison plutôt que de comparaître devant la commission de capture de l’État – s’est battu jusqu’à la dernière heure pour rester en dehors de la prison. Il devait se remettre à la police le dimanche 4 juin, faute de quoi la police avait trois jours pour l’arrêter, ce qui rendait le dernier délai de minuit mercredi.

L’ancien président a été condamné à 15 mois de prison par la cour suprême pour outrage après avoir refusé de témoigner devant la commission d’enquête sur la capture de l’État qu’il a mise en place.

Ses avocats sont également retournés voir les juges de la Cour constitutionnelle mercredi en fin d’après-midi, demandant un sursis face à l’arrestation imminente.

L’ancien président a également lancé mardi une demande de sursis à son arrestation devant la Haute Cour de Pietermaritzburg.

Une décision sur cette contestation devant la Haute Cour est attendue vendredi matin.

Pendant ce temps, l’autre soutien vocal et solide de Zuma, sa fille Duduzile Zuma-Sambudla, a posté ce message sur Twitter: « Je viens de parler au président Jacob Zuma en route et il est toujours de bonne humeur. Il a dit qu’il espérait qu’ils avaient toujours sa même salopée de Robben Island, et nous avons ri fort qu’au moins il ne se débattait pas avec l’afrikaans cette fois-ci. Nous saluons papa! Amandla!

Source Eyewitness News.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s