Guerre en Ukraine. La Pologne est-elle menacée par l’arme nucléaire russe ?

La couverture de l’édition du 16 mars de l’hebdomadaire d’opposition polonais Polityka.

La Russie pourrait-elle faire usage de l’arme nucléaire contre la Pologne dans le cadre d’une confrontation avec l’Otan ? C’est l’hypothèse envisagée par le journal d’opposition Polityka. Si ce scénario paraît pour l’heure improbable, l’hebdomadaire met en garde : “une étincelle est vite arrivée”…

Un missile nucléaire tenu du bout des doigts par une main hésitante figure en une de l’édition du 16 mars de l’hebdomadaire d’opposition PolitykaPoutine menace d’utiliser l’atome”, titre le journal, qui évoque le scénario du pire tout en interrogeant, en sous-titre : “L’Otan nous défendra-t-elle ?”

La question se pose en Pologne, premier territoire exposé en cas de débordement du conflit en Ukraine. L’article rappelle que la base militaire de Yavoriv, “symbole de la coopération militaire entre l’Ukraine et l’Occident”, située à une vingtaine de kilomètres de la frontière polonaise, a été la cible d’intenses bombardements russes la semaine dernière. Un acte destiné à “intimider les États membres de l’Alliance atlantique, dont la Pologne” car, au-delà de l’Ukraine, “Poutine mène une guerre contre l’Otan” qu’il veut éloigner de ses frontières.

En cas de confrontation entre la Russie et l’Otan, l’usage de l’arme atomique est malheureusement tout à fait envisageable. Comme le rappelle l’auteur, le président russe avait mis en garde dès le début de l’invasion de l’Ukraine que “quiconque se mettrait en travers de son chemin ferait face à des représailles inédites” – une allusion qui n’a pas échappé aux experts militaires.

La Pologne, dans cette hypothèse, représenterait une cible de choix. Elle accueille un grand nombre de troupes de l’Alliance atlantique et joue un rôle logistique déterminant dans l’acheminement de l’aide militaire à l’Ukraine. De plus, à ce titre, elle est le symbole de l’occidentalisation des anciens alliés de l’URSS.

Le président russe est-il prêt à déclencher ce qui sera inévitablement une “troisième guerre mondiale”, forçant les États-Unis à intervenir ? Au vu de l’ampleur des conséquences auquel le maître du Kremlin s’exposerait, il est permis d’en douter. “Les pays du flanc oriental de l’Otan n’ont rien à craindre tant que Poutine n’a pas perdu la tête”, conclut l’auteur de l’article, avant d’ajouter : “aucune force conventionnelle ne peut arrêter une arme nucléaire placée entre les mains d’un fou.”

Source Courrier international

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s